"Ils diront à la montagne" : discussion virtuelle entre penseurs réunis ici artificiellement par montages/collages + ou - aléatoires de citations diverses ou courts extraits récoltés au fil de lectures éclectiques.

matin_brume
Matin de brumes à l'orée de Brocéliande

 

   Le roi de la création (3)

 

Théodore Monod
Quant à nous, le modernisme nous a transformés, et même déformés, par son enchaînement de nuisances. Bien que je ne sois pas contre le progrès matériel quand il peut épargner –– et non pas éviter, comme il est souvent dit –– de la peine aux être humains, je crains le pouvoir des technocrates. Ces Faust veulent prendre le Monde en main. Nous aurions alors une marée de consommateurs aveuglés, ignorants tout de la Terre, de ses cycles et richesses. Un Homo urbicus sans relation avec le cosmos qui fait parite de sa chair. La cité a rendu l’homme sédentaire. C’est le lieu où il exprime certaines de ses barbaries. Le temps des quatre saisons a disparu au cœur d’une société presse-boutons. La ville, c’est le temple, la caserne, la prison, le mauvais lieu et la civilisation s’est répandue dans ses architectures. Les enseignants ne sont-ils pas obligés de faire visiter des fermes aux enfants du béton afin de leur montrer que l’œuf vient  bien de la poule et que la pomme de terre, contrairement à la pomme, ne pousse pas sur un arbre …

Arnold Toynbee
Jusqu’au troisième quart du XXe siècle, l’humanité a sous-estimé l’accroissement de son pouvoir d’agir sur la biosphère.

Théodore Monod
Nous compliquons trop nos existences. Mon père disait : « Nous sommes possédés par nos possessions. » Le désert nous apprend à nous soustraire des futilités et inutilités. Dans son espace, nous sommes à la limite de la survie. Les grandes cités nous submergent de superflu dans tous les domaines. Ces boutiques de gadgets, cette marée de nourriture, de vêtements. Ces maisons envahies par quantité de meubles et de bibelots. Tout cela incite les gens à posséder, acheter tout à crédit, y compris leur vacances. Placés dans une spirale infernale, ils sont dépendants de la société de consommation. Alors que la source du bonheur est en nous-mêmes. Pour certains, je crains que cette nappe phréatique ne soit tarie. Même les enfants sont blasés par un déluge de jouets.

Théodore Roszak
Nous savons au fond de nous-mêmes que notre façon d’exploiter l’environnement de notre planète a quelque chose de dément.

« Si deux sont l’un avec l’autre en paix dans la même maison, ils diront à la montagne « Déplace-toi ! » et elle se déplacera. » Evangile apocryphe de Thomas, 53



Théodore Monod, « Le chercheur d’absolu »
Arnold Toynbee, "La seconde aventure de l’humanité"

Théodore Monod, « Le chercheur d’absolu »
Théodore Roszak, in James Wines, « L’architecture verte »