"Ils diront à la montagne" : discussion virtuelle entre penseurs réunis ici artificiellement par montages/collages + ou - aléatoires de citations diverses ou courts extraits récoltés au fil de lectures éclectiques.

   

automne_01

 

   Aimer (1)

 

Louise Labé

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J’ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m’est et trop molle et trop dure.
J’ai grands ennuis entremêlés de joie.
Tout à coup je ris et je larmoie
Et en plaisir maint grief tourment j’endure.
Mon bien s’en va, et à jamais il dure.
Tout en un coup je sèche et je verdoie.
Ainsi Amour inconstamment me mène.
Et quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.
Puis quand je crois ma joie être certaine
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.

 

Jean D’Ormesson

Longtemps, j’avais cru que les sentiments étaient univoques et tranchés à la façon des corps simples ou des couleurs fondamentales : on aimait, on ne s’aimait plus, on détestait, on regrettait, on espérait, on préférait. J’avais appris qu’ils étaient ambigus et contradictoires et qu’il était possible de regretter ses bourreaux, de craindre ce qu’on espérait, d’aimer encore ceux qu’on aimait plus, de préférer ce qu’on détestait.

 

Vincent Van Gogh

Du moment que nous nous efforçons de vivre sincèrement, tout sera pour le mieux, même si nous devons avoir inévitablement des peines sincères et de véritables désillusions ; nous commettrons probablement aussi de lourdes fautes et accomplirons de mauvaises actions, mais il est vrai qu’il vaut mieux d’avoir l’esprit ardent, même si l’on doit commettre plus de fautes, que d’être mesquin et trop prudent. Il est bon d’aimer autant que l’on peut, car c’est là que gît la vraie force, et celui qui aime beaucoup accomplit de grandes choses et en est capable, et ce qui se fait par amour est bien fait.

 

Georges Perros

L’amour c’est le corps qui s’émeut en même temps que l’intelligence, que la connaissance, et la bat de vitesse, quoique enrichi par elle, si bien qu’elle ignore si elle est vaincue ou séduite.

 

Vincent Van Gogh

Mon Dieu comme cela est beau Shakespeare. Qui est mystérieux comme lui ? Sa parole et sa manière de faire équivaut bien tel pinceau frémissant de fièvre et d’émotion. Mais il faut apprendre à voir et apprendre à vivre.

 

« Si deux sont l’un avec l’autre en paix dans la même maison, ils diront à la montagne « Déplace-toi ! » et elle se déplacera. » Evangile apocryphe de Thomas, 53

   


Louise Labé
Jean D’Ormesson, « Voyez comme on danse »
Vincent Van Gogh, « Lettres à son frère Théo »
Georges Perros, « Papiers collés »